Présentation

2016 Le numérique au secours de la démocr@tie?

Observation de l’usage du numérique dans le cadre de la participation citoyenne. Après 10 ans de web 2.0 Quelles sont les nouvelles formes de la vie démocratique? 

Société civile en réseaux, participation citoyenne, web participatif et action citoyenne,  le numérique a-t-il tenu ses promesses ? Quelle démocratie participative à construire ?

Internet est encore fréquemment présenté comme un outil susceptible de favoriser la participation politique, de faciliter le dialogue élus/citoyens et par là, de revivifier une démocratie locale sinon en crise, du moins en souffrance, contribuant ainsi fortement à l’émergence d’un espace local  » plus démocratique  » maillé par les réseaux, sorte de micro société en réseaux connectée au Village global.

Internet permet aux citoyens de participer différemment à la société, la perte de confiance dans les institutions ne semble pas un désintérêt de la chose publique et la socialisation en ligne peut facilement se transformer en acte de solidarité.

La société civile se réinvente avec le numérique « sa voix est plus forte et plus disruptive pour le meilleur et pour le pire »nous dit Catherine Fieschi, directrice de Demos, le think tank britannique spécialisé dans l’innovation sociale.

L’usage d’internet par chacun de nous jeunes, moins jeunes ou publics éloignés porte toujours  en germe des changements possibles dans le domaine de la vie démocratique.

De nouvelles questions se posent et quelques désillusions même pour les plus grands défenseurs d’internet. Disparition de l’espace privé, incitation à la diffamation, menaces sur l’avenir de la presse: dans de nombreux débats, Internet fait figure de coupable.

Mais, bien plus qu’un média de communication et d’information, Internet est une forme politique à part entière. En décloisonnant le débat et en l’ouvrant à de nouveaux participants, Internet renouvelle les possibilités de critique et d’action. Surtout, le web constitue à l’échelle planétaire un laboratoire d’expériences démocratiques: auto-organisation des citoyens, délibération élargie à de nouveaux publics, mise en place de collectifs transnationaux, socialisation du savoir, etc. Internet ne permet pas seulement de communiquer davantage,  le web élargit formidablement l’espace public et transforme la nature même de la démocratie.

La participation en ligne est-elle révélatrice  d’une évolution des pratiques politiques  et de l’engagement citoyen et d’une nouvelle forme de « démocratie participative »? Comment gérer la vox populi numérique ? Quelles sont les grandes tendances de l’action citoyenne sur le web observées par les journalistes, les community managers ?

Comment les différents acteurs  prennent-ils en compte la parole des habitants consultés par l’outil numérique notamment dans les projets d’aménagement urbain ?

La nouvelle façon de gouverner sur le net semble rester  à imaginer… à inventer et à co-construire.

 

 

2014 Le numérique ce n’est pas exclusif

La voix des exclus sur le net.

A l’heure des réseaux sociaux et des outils 2.0 quelle est l’appropriation du numérique par les publics en difficultés ?

Hors des sentiers battus et des politiques de l’e inclusion Doc forum propose d’observer en Rhône Alpes l’usage du net par les plus démunis partage, solidarité, citoyenneté au quotidien ce projet est soutenu par la  Région Rhône-Alpes.

Le contexte

Placer les innovations technologiques au service de l’émancipation citoyenne, culturelle,  sociale et économique de chaque habitant est au coeur des politiques régionales ; mais au moment où les opportunités foisonnent pour l’innovation sociale et la création de nouveaux services citoyens,  un fossé numérique  subsiste

De nombreuses expérimentations, ont pour objet d’améliorer la percée des TIC dans les quartiers ou les milieux peu favorisés.

De nombreux moyens permettent de lutter contre l’isolement numérique. Ces techniques regroupées sous le nom d’e-inclusion visent à mettre en place une société de l’Information inclusive, généreuse et solidaire envers les publics préalablement touchés par la fracture numérique. Des acteurs de cette solidarité numérique voient le jour et les politique publiques incluent désormais un volet numérique comme les plans Banlieues 2.0 en 2010.

Mais en France, les deux tiers des ménages à bas revenus ne disposent pas d’un ordinateur, et 80 % d’entre eux n’ont pas accès à Internet. Pour les personnes en grande précarité ou sans domicile fixe, la situation semble encore plus complexe. Les nouvelles technologies constituent un maillon de la réinsertion sociale , et permettent la réappropriation de l’espace citoyen.

Pour les SDF l’adresse mail devient un domicile virtuel, un espace à soi et on peut ainsi sur le net conserver une partie de ses documents administratifs et personnels

Des réseaux sociaux se mobilisent pour permettre aux sans voix de s’exprimer à travers des blogs et des videos

Henry Moses Thirkfield, dit “Mo”, vit à San Francisco et, depuis quatre ans, fait partie des nombreux sans domicile fixe que compte la ville. Mais pour sortir de l’anonymat et faire partager son quotidien, il se filme, chaque jour, à l’aide d’une caméra Flip

Les petits frères des pauvres créent voisinage en partenariat  avec le premier réseau social local, peuplade.fr, les sans abris sont sur facebook et créent le 115 du particulier et on sait très bien que le portable pour un SDF aujourd’hui c’est tout…

Appropriation, innovation sociale, détournement des usages observer les usages sur le terrain

Observer Partager des pratiques

Enquête auprès des structures recevant des publics en difficulté

  • Des centres d’hébergement Lyon  St Etienne Valence….
  • Des associations caritatives ATD Quart monde, Petits frères des pauvres, Emmaus….
  • Des EPN (espaces publiques numériques)
  • Des institutions publiques  Pole Emploi, PIMMS, Missions locales

Recueillir le témoignage de certaines personnes en difficulté

Valoriser et capitaliser sur les expériences les partager sur le net

Printemps 2014

Séminaire de restitution des travaux d’une demie- journée.

Restituer, partager, ouvrir de nouvelles pistes séminaire du 2 juin 2014

Au  cours d’un séminaire d’une demi-journée et au regard d’un sociologue présentation des résultats des entretiens, et des usages et projet innovants, diagnostics partagés entre les participants au projet

Au delà des bonnes pratiques, les freins ressentis ou vécus seront librement abordés pour ouvrir sur des solutions et des propositions.Des témoignages d’autres régions seront apportés Quelles expérimentations réussies peuvent se développer et se transposer ?Une partie de la restitution sera faite sous forme de talk show en partenariat avec le « lavoir public » le regard étonné d’un metteur en scène atypique Olivier Rey et d’un vidéaste Julien Ribeiro « le numérique cen’est pas exclusif revu et corrigé »

Vous souhaitez apporter votre témoignage contactez-nous

 

La région Rhône-Alpes a soutenu Doc Forum pour les projets

2009 : Former les personnes en situation de précarité à l’usage des NTICet les intéresser par ce biais à la chose publique et politique pour en savoir plus
2008 : Analyse des usages des NTIC par les précaires et de leurs difficultés, à travers la création d’un blog, la réalisation de 2 ateliers et d’interviews pour en savoir plus 

logo-rhone-alpes

 

Boutons Paypal par Blog Expert